Psaume 66. Louez Dieu, peuples de la terre

1. Louez Dieu, peuples de la terre,
Chantez la gloire de son nom ;
Remplissez la planète entière
De vos chants d’adoration.
Dites : Oh ! que tu es terrible,
Seigneur, en tout ce que tu fais !
Tes ennemis, Maître invincible,
T’adulent pour avoir la paix.

2. Que ta majesté glorieuse
Soit adorée en lʼunivers ;
Que ta louange précieuse
Soit dans nos chansons, dans nos vers.
Venez, rendez-lui vos hommages,
Et jugez dʼun commun accord
Si tant de merveilleux ouvrages
Sont dʼun autre que du Dieu fort.

3. Il a tari la mer si fière,
Puis son peuple, encore grâce à Lui,
A pied sec passa la rivière,
Et chacun sʼen est réjoui.
Sa Seigneurie est éternelle,
Il veille sur chaque pays ;
Tout homme se montrant rebelle
Sera toujours des plus petits.

4. Peuples, venez sans plus attendre
Pour bénir le nom du Seigneur ;
Il faut que chacun puisse entendre
Louer sa gloire et son honneur.
Cʼest Lui qui garde notre vie,
Sans Lui nous ne subsistons pas ;
Et quand notre route dévie
Cʼest Lui qui redresse nos pas.

5. Car tu nous as mis à lʼépreuve,
Tu nous as (dis-je) examinés ;
Comme lʼargent que lʼon éprouve,
Tu nous as au feu affinés.
Tu nous as tous laissé nous prendre
Au filet de nos ennemis,
Et si nos reins ont dû se tendre
Sous les fardeaux, tu lʼas permis.

6. Les gens sont montés sur nos têtes,
Comme sur le dos dʼun chameau ;
Nous avons comme pauvres bêtes
Passé par le feu et par lʼeau.
Rafraîchi par ta pleine grâce,
Ton peuple est pleinement heureux ;
Et moi, Seigneur, devant ta face,
Jʼirai pour accomplir mes voeux.

7. Oui, je confirme et je confesse
Les voeux que jʼavais prononcés
Et que, du temps de ma détresse,
Mes lèvres tʼavaient exprimés.
Je tʼoffre mainte belle bête
Que ton autel va consumer,
liers, boucs et boeufs que jʼapprête
Et dont la graisse va fumer.

8. Vous qui respectez sa puissance,
Venez mʼécouter en ce lieu.
Je dis, plein dʼune joie immense,
Tout ce que mʼa donné mon Dieu ;
Car il écoute ma prière,
Il mʼa répondu chaque fois,
Et cʼest du fond dʼun coeur sincère
Que je le loue à pleine voix.

9. Si jʼavais nourri des pensées
De fraude et de duplicité,
Dieu qui voit les choses cachées
Aurait cessé de mʼécouter.
Mais, cʼest un fait, je le proclame,
Oui, le Seigneur mʼa entendu,
Doux et attentif à notre âme,
Seul espoir de lʼhomme perdu.

10. Loué soit mon Dieu favorable
Qui m'a volontiers écouté,
Et de moi, pauvre misérable,
N'a point retiré sa bonté.

Psautier de Genève (1998)


Les Psaumes de David. Clément Marot. Adaptation en français actuel par Marc-François Gonin. ISBN 2-911069-29-3. Éditions VIDA. 1998. Reproduit avec autorisation.