Psaume 62. Mon âme en son Dieu seulement

1. Mon âme en son Dieu seulement
A trouvé son apaisement ;
Mon salut vient du Dieu fidèle,
Il est mon rocher, mon salut ;
Oui, l’on trouve un calme absolu
A l’abri de sa citadelle.

2. Jusquʼà quand travaillerez-vous
Au mal et à la mort de tous ?
Vous-mêmes tomberez en ruine
Ainsi quʼun vieux mur tout penchant,
Ou quʼun vieux manoir sʼécroulant
Sous le poids du temps qui le mine.

3. Du poste où Dieu nous a placés
Ces gens voudraient nous renverser,
En sʼarrogeant le droit dʼexclure.
Mentir est pour eux un plaisir,
Ils ont fait semblant de bénir,
Et cʼest encore une imposture.

4. Mais toi, mon âme, patiemment,
Compte sur ton Dieu seulement,
Car en Lui mon espoir se fonde.
Il est mon rocher, mon salut,
Mon refuge, et je ne crains plus
Aucune menace en ce monde.

5. Dieu est ma gloire et mon secours,
Ma forteresse est son amour !
En Lui seul, ayez confiance ;
Pour tout homme il est un appui,
Epanchez vos coeurs devant Lui,
Retrouvez enfin lʼespérance.

6. Qui que tu sois, faible ou puissant,
Homme, tu nʼes quʼun fils dʼAdam,
Une vapeur sans consistance.
Tous nos savoirs, tous nos projets
Que pèsent-ils ? Moins en effet
Quʼun souffle au creux dʼune balance.

7. Nʼassurez pas vos lendemains
Sur des crimes, sur des larcins,
Gardez-vous dʼespérance folle.
Si vos trésors ont augmenté,
Que vos coeurs ne soient pas plantés
En une chose si frivole.

8. Dieu nous parla plus dʼune fois,
Je suis attentif à sa voix.
Il nous révèle sa puissance.
Toi qui viendras rendre, Seigneur,
A chacun selon sa valeur,
Grande est aussi ta bienveillance.

Psautier de Genève (1998)


Les Psaumes de David. Clément Marot. Adaptation en français actuel par Marc-François Gonin. ISBN 2-911069-29-3. Éditions VIDA. 1998. Reproduit avec autorisation.