Psaume 133. Ô qu’il est doux, et qu’il est agréable

Éloge de lunion et de la concorde fraternelle.


1. Ô qu’il est doux, et qu’il est agréable,
De voir ainsi, dans une paix durable,
Tous les frères s’entretenir!
Ce saint accord me fait ressouvenir
De la sainte huile, et du sacre d’Âron,
Des eaux de Sion et d’Hermon.

2. Comme l’on voit cette huile se répandre,
Et, par filets, de la tête descendre
Sur le bord du sacré manteau;
Comme l’on voit de fraiches veines d’eau,
Quand la rosée a tombé sur ces monts,
Venir réjouir les vallons;

3. Ainsi de Dieu la bonté paternelle
pand des cieux sur la troupe fidèle,
À toute heure de nouveaux dons.

Psautier de Genève (1729)